Actualité

 


Auboiron père et fils en lice au Castellet ce week-end

La dernière course en ICGP (International classic grand prix) d’Auboiron remonte maintenant à septembre 2018, autant dire une éternité, plus précisément sur le réputé circuit allemand d’Hockenheim, et s’il a repris le guidon en 125 au Val de Vienne en octobre 2019, ferraillant d’ailleurs avec son fils Pierre-Antoine, il s’est depuis contenté de rouler une ou deux fois à Lurcy-Levis, ce qui ne fait vraiment pas lourd ! Pourtant, ses ennuis de santé maintenant dans le rétroviseur, conjugués à la pandémie, n’ont pas altéré le moins du monde sa passion pour le sport motocycliste. Et dimanche prochain, sur le circuit du Castellet, c’est un Marco bien dans ses bottes qui reprendra vie en s’alignant au départ en Klass GP sur la 125 numérotée 32. Aura-t-il, comme au Val de Vienne, son fils lui aussi au départ, tout à ses côtés ? Pas si sûr, car il y aura un beau mélange des genres sur la grille. En effet, Klass GP (20 concurrents en 125 et autant en 250) et ICGP réduit à la portion congrue (mesures sanitaires obligent pour nombre d’étrangers) avec seulement quatre pilotes (1 en 350 et 3 en 250 !) partiront de la même grille avec bien sûr un classement différent par catégorie. S’il a toujours dans un coin du crâne le projet de retâter le guidon de la Yamaha TZ 250 en ICGP l’an prochain, le Marignyssois se consacrera cette année d’abord aux joutes de Klass GP en 125 (après le Castellet, seront au menu de Marco, le superbe circuit de Spa début juillet, Dijon fin juillet, Le Mans début septembre et Magny-Cours en octobre). Eventuellement, il fera une ou deux piges en 250 pour reprendre ses marques et retrouver ses sensations. «Je vais courir au Castellet pour reprendre confiance et voir où j’en suis, pas pour descendre en marche et finir aux urgences !» assure Marco. Les bolides du père et du fiston sont bien au point et prêts pour la lutte, mais ce qui semble faire le plus plaisir à Auboiron père est de retrouver dans le Var ses copains pilotes tels le belge Hecq, l’autrichien Reuberger ou le français Tabarly, entre autres !

DSCN5281 2